Accueil/"%s"Aides environnementales

Aides environnementales

Votre cadre de vie - 13/07/2017

Une ville verte

Votre cadre de vie

Une ville verte

Pôle végétal et ville à la campagne, Beaufort-en-Anjou associe à son patrimoine urbain une présence végétale évidente. Récompensée aux concours de l’arbre et des villes et villages fleuris, la ville se développe en harmonie avec son environnement. Les actions menées sont issues de réflexion sur l’environnement et le […]

Votre cadre de vie

Une ville verte

Pôle végétal et ville à la campagne, Beaufort-en-Anjou associe à son patrimoine urbain une présence végétale évidente. Récompensée aux concours de l’arbre et des villes et villages fleuris, la ville se développe en harmonie avec son environnement. Les actions menées sont issues de réflexion sur l’environnement et le développement.

Préserver l’environnement grâce à un entretien adapté

Par type de lieu, cette méthode de gestion des espaces détermine la fréquence et les caractéristiques des interventions telles que la tonte du gazon, la taille des arbustes et des haies, le désherbage, le fleurissement… Elle vise à enrichir la ville d’espèces animales et végétales locales mais aussi à limiter les impacts néfastes sur notre environnement liés à l’utilisation des produits phytosanitaires (objectif zéro phyto).

Les espaces de la ville sont classés par catégories, du plus horticole au plus naturel. A chaque type d’espace correspond un type d’entretien particulier. Une palette d’ambiances très variées.

Riche de presque 60 ans d’histoire, le label des villes et villages fleuris mobilise près d’un tiers des communes françaises. Depuis 2006, Beaufort-en-Anjou fait partie des communes labellisées 3 fleurs.

Évoluant avec les attentes des citoyens, ce label s’engage aujourd’hui sur des enjeux tels que l’amélioration du cadre de vie, le développement de l’économie locale, l’attractivité touristique, le respect de l’environnement, la préservation du lien social et surtout la place du végétal dans l’aménagement des espaces publics.

 

Prochain passage du jury : juillet 2018

L’utilisation de produits phytosanitaires est réglementée en raison du danger que ces produits représentent pour l’environnement, l’eau et la santé. Depuis plusieurs années, la ville a pour objectif de développer un cadre urbain esthétique et agréable, tout en respectant l’environnement.

Aujourd’hui, l’abandon des désherbants se traduit par de nouvelles techniques d’entretien et de jardinage plus naturelles mais plus gourmandes en temps. Ces nouvelles techniques de désherbage nécessitent une fréquence de passage beaucoup plus élevée par rapport à l’utilisation de produits phytosanitaires.

 

Les objectifs du zéro phyto

Le zéro phyto est associé à de nouveaux modes de fonctionnements comme la végétalisation des espaces publics par des techniques d’enherbement. Chaque site de la ville est géré différemment en fonction de sa situation, sa dimension, son intérêt écologique, son usage. Le type de fleurissement, la fréquence de tonte et de taille, les modalités d’arrosage en sont des exemples.

 

Le zéro phyto : une véritable révolution culturelle et un challenge technologique

La présence d’une végétation spontanée sur les trottoirs et aux pieds des arbres n’est pas un signe de laxisme. Ces herbes ne sont pas « mauvaises » : elles sont utiles à la biodiversité et doivent retrouver leur place dans l’espace urbain. Tester les techniques alternatives au désherbage chimique implique d’accomplir une véritable révolution culturelle !

Tolérer quelques herbes, c’est protéger notre environnement.

La ville adopte Belette, Mama, Mélusine et leurs amis

Dans le cadre de la gestion différenciée des espaces verts et afin de poursuivre la démarche « zéro phyto » une zone éco-pâturage sur la butte du château a été mise en place. Ce nouveau mode de fonctionnement va permettre, contrairement à des fauches mécanisées, de favoriser la biodiversité en multipliant les espèces végétales et en créant des micro-habitats pour la faune.

 

6 bonnes raisons de penser éco-pâturage

1- Préserver la richesse biologique des espaces verts,

2- Maintenir la vie sur des espaces vides, générateurs de lien social,

3- Favoriser un mode d’entretien non mécanisé, adapté aux besoins de la faune et de la flore,

4- Respecter l’objectif zéro-phyto,

5- Réintroduire des races ovines et caprines en voie de disparition,

6- Un gain de temps pour les équipes chargées de l’entretien. Un agent municipal passe tous les deux jours voir si les animaux sont en bonne santé.

 

> En savoir plus : cliquez ici

Les jardins familiaux
La ville met à disposition des habitants 11 parcelles de jardins familiaux. Situés dans les marais, ils offrent aux habitants la possibilité de bénéficier d’un coin de potager pour cultiver fruits et légumes dans un lieu de détente et de convivialité entre les jardiniers.
La gestion de ces parcelles est confiée à une association : le Club des Arrosoirs.
Pour toute candidature ou renseignements, vous pouvez contacter le président de l’association.

 

Contact :
Club des Arrosoirs
Sébastien Diguet
06 51 94 11 06 – digastien18@gmail.com

 

 

Les aires de jeux dans la ville

Dix aires de jeux font le bonheur des enfants et des ados de Beaufort-en-Anjou. A chaque fois, les jeunes conseillers municipaux du CMJ choisissent les structures. Leurs critères de choix : la sécurité et le prix.

> En savoir plus : cliquez ici

On compte aujourd’hui en ville trois fois plus d’arbres qu’en 1995. Ajoutant à cela un label aux trois fleurs, Beaufort-en-Anjou a le charme d’une ville à la campagne, entre patrimoine et verdure. Découvrez ses sentiers paysagers et pédagogiques, des itinéraires touristiques et des visites guidées.

 

Le circuit « Jeanne de Laval » vous accompagne à travers 1 000 ans d’histoire. Suivez les médaillons au sol, en partant du mail, près de la mairie.
> Téléchargez le parcours : cliquez ici

 

Promenade verte et bleue dans les marais

Les marais constituent, à l’ouest de la ville, un poumon vert de 25 hectares. Lieu de prédilection pour les promenades en familles et les footings autour du parcours santé, cet espace nature, préservé par la commune, vous invite à la découvrir la biodiversité.

> Téléchargez le parcours : cliquez ici

 

De Gée à Beaufort-en-Vallée, au fil du Couasnon. Une promenade de verdure ouverte aux piétons et cyclistes longe un bras du Couasnon sur 20 hectares. D’une rive à l’autre, on y découvre sa faune, sa flore grâce à des panneaux d’interprétation installés tout au long de ce chemin paysager. En famille, compter 1h30 à 2h00 de marche pour relier la mairie de Gée aux marais.

> Téléchargez le livret ludique pour les enfants avec un plan : cliquez ici

 

Vélo dans la Vallée de l’Authion

« L’Authion à vélo », allant de Saumur à La Bohalle, permet de découvrir, en suivant l’Authion, cette riche et fertile vallée. Il relie Beaufort-en-Anjou, Mazé-Milon au circuit « La Loire à vélo » en le rejoignant aux Rosiers-sur-Loire. Une belle promenade au cœur des marais, sous l’œil des hérons et des pêcheurs.

> Téléchargez l’itinéraire : cliquez ici

 

Pratique : une application smartphone pour vous accompagner

Découvrez les circuits sur l’application « France Touristic » téléchargeable sur les smartphones.

> En savoir plus : cliquez ici

Parce qu’une maison en fleurs contribue au charme d’une ville, les élus de Beaufort-en-Anjou récompensent depuis plus de 30 ans les plus beaux jardins potagers, balcons, terrasses, façades et espaces verts. Les 3 fleurs de la ville ont été gagnées grâce à la contribution passionnée de tous. Parmi les critères de sélection du jury, celui de l’environnement et de l’utilisation de traitements naturels compte autant que l’esthétisme.

Période d’inscription : bientôt en ligne
Période des visites du jury : bientôt en ligne

 

Contact : bientôt en ligne

Plantations de haies champêtres, le conseil départemental subventionne à hauteur de 50%.
Vous habitez en milieu rural et souhaitez planter une haie champêtre d’un minimum de 100 mètres linéaire, continue ou non. Le conseil départemental, via la mairie, encourage et subventionne à hauteur de 50%, sous conditions.
Une opération, économique et écologique, qui contribue à l’amélioration du bocage sur le territoire et vous accompagne dans votre projet individuel.

Contactez le service urbanisme, avant le 15 juin de chaque année, au 02 41 79 74 19.

La mairie emploie au total 15 agents pour entretenir les espaces publics (espaces verts, bâtiments, assainissement et voirie). Parmi eux, une équipe de quatre agents, la « VRD » Voirie-Réseaux-Divers, a la charge d’entretenir l’ensemble de la voirie et du réseau eaux pluviales.

 

Soucieux de répondre au mieux à la demande des élus et des habitants, les agents réalisent, en plus des missions programmées, un travail de prévention. Ils sillonnent, chaque semaine, les 130 kilomètres de rues et chemins de la ville à l’affût du moindre problème et peuvent détecter, avant qu’on ne leur signale, de petits travaux de maçonnerie par exemple.

Malgré leur rigueur, tout ne peut pas être vu. N’hésitez pas à nous signaler à l’accueil de la mairie une intervention à prévoir (panneau de signalisation à redresser ou demande d’une corbeille de rue par exemple). Votre aide est précieuse et donne un sérieux coup de pouce à la collectivité.
> L’équipe VRD : cliquez ici

 

Dehors c’est aussi chez nous, aidez-nous à entretenir notre ville…

L’équipe voirie et espaces verts de la ville réalisent un nettoyage régulier de la voie publique. En dehors de ces actions, il appartient aux propriétaires ou aux locataires* :

d’entretenir et de conserver en état de propreté la partie de leur terrain en limite de voirie. C’est-à-dire, pieds de mur, herbes le long de la haie ou du trottoir.

d’assurer le nettoyage de son trottoir et de son regard de gouttière. Ramassez les balayures et jetez-les à la poubelle. Ne les jetez surtout pas sur la voie publique ou dans les bouches d’égout.

> Visualiser le plan : cliquez ici
*Article L.2212-2 du Code général des collectivités territoriales

 

Fauchage des accotements et fossés

Chaque année, à partir du mois de mars, un agent des services techniques intervient à temps plein et parcourt les 150 kilomètres de réseaux routiers afin de faucher les accotements. Deux passages sont parfois nécessaires.
Si la broyeuse n’est pas encore passée dans certains secteurs, c’est avant tout pour respecter un plan d’action précis qui permet de sécuriser, en priorité, les zones dites « dangereuses » comme les carrefours et la signalisation routière par exemple.
Patience, la broyeuse passera bientôt.

+
WordPress Video Lightbox